Freitag, 12. März 2010

På landet (à la campagne)

Oui, je suis en week-end depuis ce midi. Non, je ne peux pas culpabiliser. En effet, si je n'ai pas pu travailler cet après-midi, c'est parce que... mon adorable maître de stage a invité ses thésards, son post-doc et sa stagiaire (moi !) à déjeuner chez elle dans la cambrousse suédoise, en compagnie de son mari. L'idée initiale était de le faire dimanche, ou demain, mais apparemment mes collègues étaient trop occupés ces jours-là, d'où le choix d'un vendredi. Un thésard et un post-doc étaient absents, j'ai pris le train avec le reste de la troupe, id est deux thésardes et une presque thésarde qui est assistante au centre en attendant d'avoir une bourse pour commencer un doctorat. Ma maître de stage est venue nous chercher en voiture à la petite gare d'Ytterby, nous avons ensuite traversé des champs, croisé des maisons, des poneys et des drapeaux suédois (il y en a vraiment beaucoup dans ce pays, plus que de drapeaux français en France, enfin au moins plus qu'en Bretagne) avant d'arriver à sa jolie et vieille maison.


Je n'ai rien trafiqué sur les images, le ciel était vraiment d'un bleu éclatant lorsque nous sommes sortis. En revanche, ce matin, lorsque je suis allée au centre, j'étais entourée d'un épais brouillard, et il a même un peu neigé plus tard dans la matinée. J'avais trouvé cela légèrement inquiétant, mais c'est très vite passé.

Nous avons déjeuné en nous servant sur un buffet improvisé, de pain, de fromage et de nourriture grecque, et en buvant du thé ou du café. Ici, j'ai décidé d'éviter le café, que l'on fait très fort. Hier, j'en ai bu une tasse. Je n'avais bu qu'un mug de thé vert avant, je n'étais donc pas très chargée en cafféine. Hé bien deux heures après avoir bu le café, je tremblais encore, avec le coeur qui battait vite. Peut-être suis-je une petite nature, en tout cas, maintenant que je le sais, je suis raisonnable ! Pour en revenir à cette agréable journée, je dois dire que j'apprécie beaucoup les gens avec qui je l'ai passée. Ma maître de stage, et son mari avec qui je bosse par courriels et que je n'avais jamais rencontré, sont vraiment sympathiques, quoique parfois peu disponibles pour mes travaux, heureusement nous avons trouvé un équilibre je crois. Les deux thésardes, qui ne viennent que deux jours par semaine au centre car elles peuvent travailler chez elles, sont mes voisines de bureau. L'une est allemande, assez jeune, l'autre est suédoise et a été kiné avant de se reconvertir en biologiste. Les deux sont très souriantes et agréables. Le mari de l'Allemande, allemand lui aussi, qui est charpentier et formateur dans un CFA, nous a rejoint dans l'après-midi, il m'a l'air aussi rayonnant que son épouse. La presque thésarde est assez peu expensive au premier abord, mais très gentille. C'est grâce à elle que j'ai pu trouver un logement !

Après un mois ici, je me sens vraiment plus à l'aise à la fois en suédois et avec les Suédois, même si je ne comprends pas tout parfaitement, je m'en sors bien et apprécie les conversations. Mais nous n'avons pas fait que discuter. Sitôt le déjeuner avalé, nous sommes sortis profiter du soleil en allant nous promener sur un lac gelé !


Avant d'arriver à la glace, nous avons marché sur un ponton qui surplombe ce que j'imagine être un marais aux beaux jours.


Avec nous, un joyeux compagnon à quatre pattes nommé Félix, ici ce n'est pas un nom de chat, à ma grande surprise, que j'ai expliquée à ma maître de stage. Ce chien de quatre mois, absolument irrésistible, est croisé labrador-rottweiler. Au passage, en Suède, contrairement à ce qu'il y a en France et en Allemagne, pas de concept de chien dangereux, les rottweilers et pittbulls ne sont pas astreints à porter une muselière et n'ont pourtant pas l'air de provoquer de drame. J'avoue cependant que, habituée au système français, j'ai été surprise la première fois que j'ai croisé un pittbull dans la rue, en laisse sans autre protection !


Au bord de l'eau, des bateaux qui ne servent à rien en cette saison. Ah si, à rajouter de nouvelles teintes de bleu à cette photo qui me rappelle l'agréable sensation causée par l'abondance de lumière et la bonne humeur de cette journée !


Le lac, avec nos traces de pas... Je n'avais jamais marché sur de la glace avant ! J'étais en confiance parce que le mari de ma maître de stage nous a assuré qu'elle était épaisse, et puis je me suis dit que si je pourfendais la glace et tombais dans l'eau très froide, mes collègues ne me laisseraient pas mourir !

Et au pire, j'aurais souffert... tout en étant inondée de lumière ! Ce pays est absolument magnifique, je trouve. Nous nous sommes tous réjouis du temps magnifique. Nous avons fini par rentrer, pour prendre le thé (ou le café, mais non, j'ai bien retenu la leçon...) avec les godis que j'avais achetées, et pour faire la connaissance des deux fils de ma maître de stage, jeunes adolescents épanouis très à l'aise en société. Après cela, nous n'avons pas pu résister à la tentation de faire une seconde promenade, aussi courte a-t-elle été !


Cette fois-ci, nous avons plutôt vu de petites collines au bord d'un autre plan d'eau moins grand. J'ai trouvé ce coin très mignon.


D'accord, il y avait aussi des maisons. Dans les environs, elles m'ont semblé assez essaimées, chacune ayant son petit bout de nature rien qu'à elle. Toutes sont bien sûr loin de la ville, le plus pratique est de prendre la voiture avant de rejoindre un train ou bus, mais voilà, j'ai compris pourquoi on pouvait faire le choix d'aller se perdre dans la cambrousse : la nature c'est trop bien. Vraiment.








Kommentare:

  1. c'est trop trop beau!!!
    le froid dans toute sa beauté: pureté, luminosité intense, calme.... (j'espère que j'extrapole pas trop, c'est le ressenti des photos!)
    dommage que j'ai pas plus de vacances :(
    qui est de dos sur le ponton???

    AntwortenLöschen
  2. Mais non tu n'extrapoles pas, c'est aussi chouette que ça ! Et aujourd'hui aussi j'ai vu des paysages magnifiques.
    Oui, dommage que tu ne puisses pas venir squatter ici...
    De dos sur le ponton, c'est ma voisine de bureau allemande.

    AntwortenLöschen