Donnerstag, 11. März 2010

Göteborgs judiska försämlingen (la communauté juive de Göteborg)

Aujourd'hui, après la messe en suédois, au lieu de se retrouver pour prendre le thé et grignoter ensemble en discutant, notre groupe de jeunes s'est rendu à la communauté juive de Göteborg. Nous n'avons jamais été aussi nombreux un jeudi soir, notre curiosité a été un grand facteur je crois ! Pour ma part, j'avais déjà eu l'occasion de discuter de religion avec des Juifs grâce à l'option bizarroïde "culture religieuse" que j'avais suivie en première et en terminale. Seulement, ma visite de la synagogue de Nantes et celle du lycée juif de la banlieue parisienne remontent à assez longtemps à présent. La synagogue et les bâtiments communautaires associés ne sont pas très loin de l'église catholique, et pas très loin de la gare non plus, je suis donc restée dans des quartiers que je connaissais, j'étais peut-être même déjà passée par cette rue...


Mais je n'avais jamais remarqué cette porte surveillée par une caméra. Je crois que beaucoup de bâtiments juifs sont hautement surveillés, je dis ça à cause du car de CRS devant l'école juive de Montrouge, et aussi des détecteurs de métaux au mémorial juif et au musée juif de Berlin. Heureusement pour nous ce soir, nous étions attendus, aussi avons-nous pu rentrer après s'être présentés à l'interphone. Le portier, qui nous a dit être catholique, nous a donné quelques consignes, la principale étant de demander aux hommes de garder leur bonnet ou d'emprunter une kipa pour pouvoir pénétrer dans la synagogue.


Et puis quand il a eu le dos tourné j'ai pris en photo ses écrans de surveillance, vilaine que je suis. Après avoir déposé gros sacs et manteaux, nous avons été accueillis par le rabbin, Peter quelque chose, qui nous a conduit dans la synagogue.


Voici l'avant de la synagogue. Les bancs que l'on aperçoit un peu sont réservés aux hommes, les femmes s'assoient aux étages d'au-dessus. Cependant, ce soir, nous avons fait une assemblée mixte pour écouter le rabbin nous parler du judaïsme. J'ai appris beaucoup de choses, et vraiment apprécié ses explications simples et patientes, ainsi que ses réponses complètes aux questions que nous nous posions. La question qui me turlupinait était le plan de Dieu, selon le judaïsme, pour les autres peuples. J'ai bien aimé ce qu'il m'a répondu, à savoir que tous les hommes doivent, chacun à leur manière, contribuer à faire de ce monde "a better place".


J'ai toujours eu une grande fascination pour les Juifs, pour l'image orthodoxe et sérieuse que j'ai d'eux. Le rabbin a insisté sur le fait que le plus important est non pas de croire en Dieu, mais de lui obéir. La loi de Dieu est la Tora (en photo ci-dessus), elle a été interpétée en long, en large et en travers dans le Talmud, ce qui n'enlève pas à chaque génération le devoir de réexaminer la loi pour y trouver des réponses à toute question. Par exemple, peut-on accepter le don d'organes ? D'une part, on sait qu'il ne faut tirer aucun profit d'un corps humain mort. Mais d'autre part, on se doit de porter assistance à une personne en danger. Donc, il est juste de prendre le coeur d'une personne décédée pour sauver la vie d'un autre. Ou alors, quand on dit qu'il ne faut pas travailler le jour du shabbat, qu'entend-t-on par travail ? Un des exemples de travail interdit sur lequel les rabbins se sont appuyés est la construction du Tabernacle. Elle s'est déroulée dehors. Ainsi, j'ai le droit d'aller chercher une rallonge pour ma table à manger à la cave si je reçois des amis le jour du shabbat. Même si je transpire et souffre, ce n'est pas du travail, je fais cet effort à l'intérieur. En revanche, je ne peux pas aller prêter à mon voisin le livre que je lui ai promis, en effet, aussi minime cet effort soit-il, c'est un travail dehors.

Bon, je me contente de répéter des paroles du rabbin, car je serais bien incapable de réinventer les règles de vie d'un Juif orthodoxe ! Le rabbin est à la base neurologue. Son rêve a toujours été d'être rabbin mais ses parents ne le souhaitaient pas, lui disant qu'il se ferait tuer. Au second degré, et par les autres Juifs, car là où il y a deux Juifs, il y a trois opinions, ce qui laisse deviner la difficulté de la tâche du rabbin, qui est plus un professeur qu'un prêtre. Du coup, il a commencé par étudier la médecine, qu'il pratique toujours à quart temps, mettant quelques dizaines d'années à terminer ses études de rabbin.

Les Juifs n'ont pas toujours été tolérés en Suède, comme les Catholiques d'ailleurs, dans des temps reculés seul le protestantisme avait sa place dans le pays. Mais progressivement des communautés juives ont eu le droit de s'installer partout. Pourtant, à Göteborg, les Juifs ont été obligés de construire leur cimetière assez loin du centre, afin de ne pas offenser les Chrétiens. Ils y vont donc en voiture, mais à présent qu'il est là, le cimetière ne bougera plus, ainsi va la vie... M'enfin je viens de parler de mort là ! Or le rabbin nous a dit qu'il ne pouvait pas conclure une discussion sur un tel sujet. Je vais donc finir sur la blague qu'il nous a raconté en parlant des mères juives. La femme a un rôle central dans le judaïsme, c'est par elle que l'on naît juif. Son importance vient du fait qu'autrefois, pendant que l'homme devait vaquer à des occupations extérieures pour nourrir la famille, elle élevait les enfants, c'était donc elle qui faisait d'eux des Juifs. Selon le rabbin, la réputation de la mère juive est donc d'être très protectrice et couveuse. Voici une rentranscription de la plaisanterie associée : "Quelle est la différence entre un bulldog et une mère juive ? Le bulldog finira par lâcher."

Je ne sais pas si c'est très drôle, mais en tout cas ça veut sans doute dire que si une demoiselle craque pour un charmant Juif, elle devrait songer à vérifier la mèrepoulitude de Belle-maman ! Et surtout, si elle n'est pas juive elle-même, elle aura tout un univers compliqué, mais certainement passionnant, à découvrir... Ce n'est pas mon cas, mais j'ai été très heureuse d'avoir un aperçu de plus dans cette religion, et puis, bah, je n'ai pas perdu ma fascination ! Ah, et pour les gens fanas de news people comme moi, hé bien sachez que Madonna ne s'y prend pas d'une manière très orthodoxe quand elle apprend la Kabbale !



Kommentare:

  1. on a le droit de prendre la tora en photo? ça m'étonne carrément!

    AntwortenLöschen
  2. Il nous a dit qu'on pouvait prendre des photos. Mais il nous a montré cette Tora là parce qu'elle était cassée et réparée, donc peut-être as-tu raison pour les Toras en bon état...

    J'ai appris que lorsqu'on lit la Tora :
    1) Il y a une mélodie pour chaque phrase, qu'il faut apprendre avant de lire à voix haute. Il nous a fait une petite démo improvisée, c'est super joli ! Bon, ça doit être encore mieux en pigeant l'hébreu.
    2) On ne peut pas prononcer le nom de Dieu. Seul le prêtre du Temple de Jérusalem y avait le droit, et encore, une fois par an, et puis maintenant, le Temple a été détruit deux fois, y'en a plus et y'en aura pas avant la venue du Messie !

    AntwortenLöschen