Mittwoch, 17. Februar 2010

Onsdag! (Mercredi !)

Si je ne m'astreignais pas à écrire mes titres dans la langue de ce pays, j'aurais choisi comme titre le nom d'une rubrique hebdomadaire de mon journal préféré, Ouest-France : "Chic, c'est mercredi !". Le mercredi, c'est bien, et aujourd'hui, encore plus, parce que...

Mercredi est le jour de la fika gratuite à 10h, boisson chaude et gâteau, aujourd'hui j'ai pu choisir entre cannelle et crème de vanille, je préfère le premier. J'aurais aussi pu prendre les deux car apparemment, beaucoup de chercheurs ont pris des jours de congés pour accompagner leurs enfants, qui sont en "sportlov", vacances de sport. Hé oui, en Suède, les vacances d'hiver ont un nom évoquant les bonnes habitudes locales. Une occasion de partir faire du ski, d'après ce que j'ai compris. Malgré cette opportunité, je n'ai pris qu'une part de gâteau, que j'ai savourée en sirotant mon café et en discutant avec mon voisin allemand et un écologiste suédois qui bosse en dynamique de populations des algues. Au passage, on pourrait croire que la ville française que connaissent tous les Suédois est Paris. En fait, au centre, aujourd'hui, j'ai rencontré plusieurs personnes qui m'ont parlé de Roscoff, car la commune abrîte une station de terrain chère aux scientifiques du littoral. Vive la Bretagne !

Aujourd'hui a aussi été un grand jour pour moi car j'ai participé à la conversation du déjeuner. Lorsque je suis arrivée dans la cantine où chacun apporte sa popotte, seule une chercheuse était présente, je l'ai légèrement bombardée de questions sur son travail et sa carrière pour engager la conversation, qui a effectivement démarré et a été rejointe par deux autres personnes sans que je m'en trouve exclue. Je croise les doigts pour que mon intégration continue, j'adore écouter et parler, vraiment, ça me donne la pêche. Je suis donc enchantée de ce pas en avant !


Juste pour le plaisir, une nouvelle photo de ma vue habituelle depuis mon bureau, j'aime toujours autant lever les yeux, pas trop souvent évidemment, mais vraiment je trouve les lieux jolis. Je suis en revanche assez intriguée par le toit de la maison au premier plan, même quand il neige beaucoup il y a un bout qui reste rouge, en haut à gauche. Any explanation ?


Mercredi est également le jour du Wednesday club (me répèté-je avec cette expression ?) du réseau de biologie théorique de Göteborg, ce qui me permet d'assister à un séminaire mené par un chercheur. J'aime bien m'ouvrir l'esprit, voir comment les gens travaillent, et une fois par semaine, ce n'est pas comme avoir des conférences de cours tous les jours, j'en profite mieux en raison du faible nombre. Plus c'est rare, plus c'est cher ! Aujourd'hui, un biomathématicien finlandais nous a révélé quelques aspects de l'évolution de la coopération dans une population ou une métapopulation. Beaucoup de formules, de graphes et de démonstrations... mais pas assez au goût d'un matheux qui a demandé à revoir plus longtemps les équations au cri de "I don't have any other intuition than equations" ce qui a provoqué une certaine hilarité. Je me rends bien compte, avec ce genre de remarques, que les scientifiques de différentes disciplines n'approchent pas les problèmes de la même manière, c'est fascinant et enrichissant.

Aujourd'hui a de plus été un Wednesday club conclu par un dîner en l'honneur de l'invité de Finlande, auquel j'ai voulu aller par curiosité et par envie de discuter, en écrivant ce dernier élément je sens que je ne peux pas prétender ne pas être bavarde ! Nous n'étions que quatre, d'ailleurs nous n'étions que six ou sept au séminaire. Les convives étaient ma maître de stage, un professeur de mathématiques de la Chalmers, qui ressemble au cliché que j'ai du professeur assez âgé, id est très cultivé et plaisantin (j'ai peur d'inventer ce mot), le chercheur finlandais ma foi très sympathique, et qui lui a déjà rencontré un certain mathématicien écologiste d'une certaine école parisienne, et une espèce de jeune stagiaire franchouillarde que vous aurez reconnue. J'ai apprécié cette soirée, tant pour la gastronomie que pour les discussions. La gastronomie : miam miam miam. Deux détails plus concrets : j'ai enfin réalisé mon rêve de boire du vin dans un verre à vin suédois, énorme et rond, magnifique donc, mais attention, ce n'est pas parce qu'il est énorme qu'on le remplit ; et aussi, le restaurant a l'idée atypique de donner une entrée, un plat, un dessert pour deux, il faut partager, ma maître de stage a soumis l'hypothèse que nous étions filmés par un comportementaliste. Quant à la discussion, majoritairement en anglais, bien que le suédois soit la seconde langue officielle de la Finlande et que l'invité la parle très bien, seulement moins bien que son anglais fluide avec juste les jolis r roulés de son accent, donc, la discussion, a porté sur des sujets variés impliquant différents pays européens, depuis des itinéraires de vacances au financement des études en passant par les magasins d'achat d'alcool. Je pense développer ce dernier point un jour, après une mission journalistique au Systembolaget. Ah et juste en passant, le Finlandais m'a expliqué avoir suivi un stage de survie en eau froide pour avoir le droit de diriger un bateau, la connaissance de la douleur lié à ce liquide presque glacé motivant une bonne gestion du navire. Non, ce n'est pas une idée bizarre, c'est une idée scout. Je suis poursuivie par le scoutisme, je rencontre des scouts absolument partout où je vais !


Voici un des mes deux verres à vin, qui sont inclus dans la vaisselle que je loue. Au cas où vous vous demanderiez pourquoi je ne les ai jamais utilisés, imaginez-moi boire du vin seule... Aldrig i livet !

Kommentare:

  1. La chambre à coucher ?

    Adrien

    AntwortenLöschen
  2. alcoolique anonyme destructeur d'ordinateur18. Februar 2010 um 10:00

    1. A priori, plaisantin, ce n'est pas un mot inventé.

    2. Pour mon explication : il y a deux sorties d'aération en bas du toit, et la neige commence à fondre à partir de ce moment là. Je ne crois pas que ce soit la cheminée (qui est de l'autre côté du toit et qui n'a pas l'air de servir, à part lorsque le papa Noël débute sa soirée par les pays voisins du sien) mais sans doute un endroit par lequel l'énergie thermique de la maison s'échappe et vient faire fondre la glace.

    AntwortenLöschen
  3. tout à fait d'accord avec alooolique anonyme destructeur d'ordinateur.

    c'est parce qu'il y à des champignon nuclaire dont la vision expectative de la neige fait chauffer la durit qu'il n'y a plus de neige à cet endroit!

    à moins que ce ne soit à cause d'un vers particulièrement cryophage qui habite la sous pente des voisins, destructurant la fragile couche de mince neige, tu devrais les prévenir et faire venir un vermifuge spécial maison... (expectative ^^)

    klervia

    AntwortenLöschen
  4. @Adrien : et l'explication ? en trois parties s'il te plaît, hein ;o)

    @L'alcoolique etc : pas anonyme, solitaire, héhé. Je suis convaincue par tes explications mais...

    @Klervia : les tiennes sont plus marrantes :o)

    AntwortenLöschen
  5. oh oui le centre CNRS de biologie marine de roscoff, je suis passé moulte fois devant cet été, durant les deux journées que j'ai passé à flannée dans cette ville (portuaire, qui mène en angleterre!)
    pour la trace, moi je voyais plus un gros chat qui est tombé du ciel à rampé jusqu'à la gauche du toit, et c'est votré jusqu'au deux petite cheminé en bas du toit. aprés il est monté sur les cheminé et a fait un super bon jusqu'à l'arbre, c'est pour ça qu'il n'y a pas de trace en dessous des cheminés. Après expliqué comment le chat est tombé du ciel sur le toit, on a plusieurs solutions, dont pas mal impliquant des extrateresstres (ou des oiseaux géant vangeurs!)

    AntwortenLöschen