Sonntag, 21. Februar 2010

Men ikväll... kom till Melodifestivalen! (Mais ce soir... viens au Melodifestivalen !)

["Men ikväll", c'est ce qu'ont dit tous les artistes à la fin de leur présentation, avant leur chanson.] L'Eurovision, c'est kitsch. Le Melodifestivalen, sélection suédoise pour l'Eurovision, c'est également kitsch. Qu'est-ce qui m'a donc pris d'acheter un billet pour assister à la manche à Göteborg, hein ? D'abord, comment en ai-je entendu parler ? Hé bien, il faut savoir qu'une de mes grandes passions dans la vie est d'écouter de la musique dans les langues que j'apprends, la découvrant soit par des articles, des témoigagnes ou des vidéos, soit au hasard. Oui, au hasard. Je me mets dans le mode recherche de Deezer ou Spotify (une merveilleuse invention suédoise) et j'y tape un mot du dialecte voulu, puis je teste les résultats. C'est ainsi que je me suis mise à écouter la soupe d'Erik Linder. Vraiment, je suis sûre que je détesterais son album en français, ce sont des reprises plutôt ralenties de Suédois connus, comme le group de rock Kent. Mais ses chansons, je les comprends très bien, la mélodie de la langue me faisant ainsi négliger leur qualité musicale moyenne et leurs paroles, euh, niaiseuses. Bref, vive Erik Linder ! Je l'ai évidemment googlé, ce qui m'a amené sur le site du Melodifestivalen auquel il participe à Göteborg, et je me suis dit que ce serait marrant d'y aller ! Pof pof pof, je n'ai pas réfléchi plus longtemps, j'y suis allée, et en effet, c'était marrant.


Dès hier matin, les rues de Göteborg, ici l'aveny, étaient décorées en l'honneur du Melodifestivalen. Et accessoirement, recouvertes de neige, je crois qu'on en gagné une trentaine de centimètres, pour le plus grand bonheur des trains et des voitures. Les trottoirs sont en majorité assez vite déblayés, du coup les piétons sont rapidement en état de circuler sans effort supplémentaire et sans tremper leur pantalon (et leurs collants et leurs chaussettes).

Je n'ai pas trépigné d'impatience toute la journée, mais en prenant mon sac et mon billet, j'étais très curieuse et très contente de me diriger vers la salle du spectacle.


La salle étant le Scandinavium, dont le nom est à gauche de cette photographie squattée par des flocons. Je suis entrée dedans, me mêlant à la foule des autres spectateurs, et ayant droit comme eux aux offres de vendeurs et vendeuses de gadgets en tout genre.


Sait-on jamais, j'aurais pu avoir envie d'un chapeau en fourrure rose. [J'ai demandé la permission à la demoiselle de la prendre en photo, elle n'a pas eu l'air choquée.] Parmi les produits, j'ai également remarqué des boules Quiès, j'en ai été effrayée mais n'en ai pas acheté, me disant que le bruit ne serait pas insoutenable, j'ai heureusement eu raison.

Le début de la soirée était une sorte d'appéritif, comparé à la suite, en effet, la salle était peu remplie, et la scène était occupée par un groupe de reprises pour nous faire patienter. Le public n'était vraiment tenu d'avoir pris sa place qu'une fois que la retransmission télévisée avait commencé.


Voici la scène, et des têtes de spectateurs. D'ailleurs, ces spectateurs... qui étaient-ils donc ? Je ne saurais le dire de manière claire, en effet, j'ai eu l'impression que le public était assez disparate, mes voisins en étant une bonne preuve. A ma gauche, deux jeunes adolescentes surmotivées en robes courtes dorées et brillantes, se levant en permanence pour sautiller devant la caméra et espérer passer à la télé. A ma gauche, un couple, le monsieur d'une cinquantaine d'année, son épouse un peu plus jeune, sans doute d'origine indienne, et leur adorable fille de trois-quatre ans qui s'est amusée comme une folle, souvent debout sur sa chaise, applaudissant ou jouant avec les ballons et bouts de papiers qu'on nous avait confiés. Devant moi, à gauche, une autre famille modèle, les parents non assis côte à côte, ayant chacun à leur charge une de leurs deux blondinettes habillées en tenue du dimanche. Et devant moi, à droite, un couple de jeunes professionnels aussi bien habillés que les princesses de Suède et leurs fiancés dans les tabloïds, alors que j'ai aussi vu des gens habillés en jean de la tête au pied, ou en gros sweat et leggings. Une seule chose commune à ces personnes, leur bonne humeur tout au long de la soirée.


Et pour certains, la motivation de brandir des pancartes en temps voulu. Les petites soutenant le groupe Alcazar ont dû être déçues, Alcazar a perdu.

J'avoue avoir eu du mal à comprendre le système de sélection, mais j'y suis parvenue. Huit participants, deux sélectionnés pour la finale à Stockholm, deux au repêchage, et quatre renvoyés chez eux. Quelle pression ! Vraiment, les images des chanteurs attendant le verdict m'ont serré le coeur ! Et puis, imaginons bien que gagner le Melodifestivalen est un pas vers le succès. Ah bah oui, euh non, Abba oui.

Qui a gagné, alors ? En premier, et je suis fière de dire que j'en avais fait le pronostic, un groupe de quatre blondes (non, ce n'est pas un détail inutile, toutes les Suédoises ne sont pas blondes), Timoteij, avec leur chanson dynamique "Kom" où chacune jouait d'un instrument, enfin faisait au moins semblant. Je suis sûre que c'est le violon qui les a qualifiées, je suis persuadée que c'est un bon plan, le gagnant de l'Eurovision de l'an passé, Alexander Ryback, en avait un. En second, le chanteur Darin avec sa plate "You're out of my life". La deuxième phrase du refrain est "It cuts me like a knife". Je commence à douter des dons linguistiques des Suédois, tout du moins en ce qui concerne la poésie.

Et le repêchage ? Alcazar avec "Headlight", chanson criarde agrémentée de moult jeux de lumière, je n'ai pas vraiment aimé. Et aussi Crucified Barbara avec "Heaven or Hell", tout un programme n'est-ce pas, ces gothiques l'ont hurlé, encerclées de feu à la fin de la chanson. Mouah ah ah, je me suis vraiment amusée à cette soirée.

Quant aux perdants, je suis triste pour certains d'entre eux. D'accord, Erik Linder n'a pas fait une chanson transcendante, "Hur kan jag tro på kärlek" ("Comment puis-je croire à l'amour") mais il a une jolie voix et puis les gens qui gaspillent leur fric à voter aurait au moins pu être attendris par sa tronche trop chou quand il stressait devant les caméras. Grrr. J'avais également apprécié le chanteur Getty Domein avec "Yeba", un morceau dans une langue africaine, qui m'a rappelée que quand j'étais petite, j'adorais Yannick Noah parce que ça donne envie de bouger.

En revanche, pas trop de pitié pour les deux autres exclus. Elin Lanto se l'est joué à la Britney Spears de bac à sable en chantant "Doctor Doctor" ("Doctor doctor give me my medication, etc". Hum.), ses enfants la renieront plus tard, c'est certain. Et Johannes Bah Kuhnke a fredonné que "Tonight", il ferait enfin "feel fine" son amoureuse avec laquelle il se conduit habituellement comme une crapule. Hé bien, non, mon petit, "Tonight", tu seras rongé par les regrets parce que tu as interprété une chanson pleurnicharde sans avoir le côté trop chou d'Erik. ça ne peut pas marcher, na.

Nous avons attendu les résultats en regardant le spectable du Blue Man Group. ça a été le summum du kitsh de la soirée. Ce trio, aussi bleu que les personnages d'Avatar ou les schtroumphs, fait de la musique en tapant sur des tuyaux avec des bâtons, l'un ayant les baguettes en main, les autres changeant les tuyaux. Surprenant, ennuyeux au bout d'un moment mais tout à coup, pof, la batterie arrive derrière ! Et eux se retrouvent face à des tambours, soudain un liquide coloré jaillit de leur poitrine, remplit le haut du tambour, à présent quand ils tapent dessus un jet de couleur s'élève ! Ils s'éclatent, continuent, jusqu'à sortir une sorte de gros fusil avec lequel chacun balance des serpentins sur le public, wouhou !

C'était vraiment une expérience amusante, je ne me sens qu'à moitié beauf. Det var jättekult !





Kommentare:

  1. ouaou t'a vu le blue man's groupe en vrai!!!! hiii la chance (et en plus t'ose commencer par les critiquer! bouh!)
    a oui je suis fane du jeux de mot! abba oui, tu es très forte! :)

    AntwortenLöschen
  2. @lanthanara : tu connaissais ? Oui ils sont bons, mais vraiment le lancer de serpentins par fusil c'est méga kitsch, et puis je les ai pas vu longtemps ! Mon jeu de mots est moyen mais j'assume :o) Contente de voir que tu me lis ! ;o) Signé : Lanthanaëlle

    AntwortenLöschen