Samstag, 12. Juni 2010

Alingsås

Tout d'abord, je dois faire ici une triste annonce, celle du décès de mon appareil photo, après trois ans de bons et loyaux services commencés en séjour linguistique à Berlin. Sniff, le temps passe. M'enfin, je ne peux pas me plaindre, la bête était la moins chère proposée par le catalogue La Redoute à l'époque, et a pas mal servi. Je ne pense pas réinvestir avant de partir, du coup, hé bé, j'aurai une bonne raison d'être bavarde. Et aujourd'hui, ma source d'images n'est autre que le site de la commune d'Alingsås, petite ville à l'Ouest de Göteborg, à peine une demi-heure de train dans chaque sens, avec de jolis paysages sur la route. Enfin, j'ai vu ça en levant les yeux de temps en temps, je lisais, ça m'a évité de murmurer "Oooh c'est bôôô" en permanence et de me faire assassiner par les autres passagers.
Voici l'image idyllique présentée par le site officiel... Hmm, je n'ai pas eu le droit à un tel ciel bleu, et à ces fleurs jaunes, mais mon excursion était très chouette malgré tout. Il a plu, par averses fréquentes mais légères avec des intervalles secs assez longs pour que je puisse retirer ma capuche, je ne sais pas pourquoi je ne la supporte pas longtemps, ptêt une crainte inavouée que mes cheveux moisissent ? A la pluie s'ajoutait un vent impressionnant, assez bien orienté pour ne pas m'envoyer dans le lac, cependant sa force, ou ma légèreté, m'a surprise à certains moments. Le reste du temps, j'étais ravie du temps, j'aime bien sentir l'air bouger autour de moi, surtout quand des barettes sauvent ma visibilité à l'avant, et j'étais assez couverte pour ne pas frissonner face aux 13°C ambiants, disons.

Alingsås, encore un endroit que je ne regrette pas d'avoir visité, parce que...


... Le centre est tout mignon, tout suédois des clichés, avec des échoppes et maisons en bois de couleurs pastel, et plein de cafés. Je n'ai pas extrêmement bien choisi celui de mon déjeuner, assez moderne, mais en vrai, la ville regorge de paradis à fikas ou autres séances de boissons, je suis juste restée trop peu longtemps pour en visiter, à vrai dire, ç'aurait été mon plan B en cas d'intempéries monstrueuses. J'ai croisé des tas d'autochtones, vraiment presque aucun autre touriste, en train de faire leurs courses ou leur balade du samedi, un jour tranquille où beaucoup de magasins ferment l'après-midi. Un centre-ville pas très grand, mais très plaisant, donc.

... Il y a des chemins de promenades agréables. J'ai marché dans un bois et près de prés et de quartiers résidentiels ce matin, me disant que les habitants avaient un environnement de rêve, et j'ai été détrompée en découvrant la ville du côté de Haga, où il y a entre autres une réserve naturelle. Haga, le meilleur lieu de la commune où avoir une maison. Le sentier que j'y ai suivi m'a amenée au bord d'un cours d'eau zigzagant et hébergeant de petits bateaux à moteur, et au bord d'un LAC. Les lacs en Suède, image bien connue, et j'en ai vu plusieurs maintenant (notamment à Jönköping, à Vänersborg et dans la cambrousse)... Cependant, impossible de s'en lasser, que ce soit par les points communs ou les différences entre eux, l'émerveillement demeure ! Aujourd'hui, le lac Mjörn était secoué de nombreuses vagues, prouvant la force du vent, comme les deux-trois personnes en kite-surf d'ailleurs.

Hé oui, à Alingsås aussi, on fait du sport... Et dans le cadre du festival de la patate - Jonas Alströmer, qui a initié les Suédois à la consommation de ce tubercule, est né à Alingsås - est organisée une course à pied, la Course de la patate. Voici donc ma seule déception de la journée : non, les participants ne sont pas déguisés sur le thème du hachis parmentier, des frites et de la purée. Et ils ne courent pas comme des patates, ce sont des gens aptes à défendre l'image sportive du pays, à défaut de participer à la Coupe du monde en jaune et bleu.

Kommentare:

  1. Tu peux faire un lien vers ton article "fika" avec le mot clé présent dans l'article...

    AntwortenLöschen
  2. Okej, okej ! Pour la peine, j'ai mis trois liens de plus.

    Je ne pense pas que l'on puisse se perdre dans mon blog, mais si je vivais plusieurs années en Suède, et tenais un blog, j'imagine que les articles formeraient un réseau très touffu... Avec l'article fika en grand gagnant de l'impact factor interne !

    AntwortenLöschen